SOIREE A L'INSTALLATION ILE DE FRANCE 14 JANVIER 2014

 

 

 

Internes en fin de cursus, chefs de cliniques et assistants sont venus nombreux participer à la "Soirée Installation» le 14 janvier dans l’auditorium de l’HEGP. Les débats étaient modérés par les présidentes du SIHP*, Justine Frija-Masson et du SCCAHP**, Florence de Rohan-Chabot.


La première partie de la soirée était consacrée à l’information sur les  modalités et les opportunités d’installation, en ville ou en établissement, seul ou en cabinet de groupe, en Ile-de-France. Deux jeunes médecins, spécialistes l’un en ORL et l’autre en cardiologie, ont ensuite témoigné de leur installation et ont répondu aux questions de la salle.

* SIHP : Syndicat des internes des hôpitaux de Paris

** SCCAHP : Le Syndicat des Chefs de Clinique-Assistants des Hôpitaux de Paris 

 

Modalités et opportunités d’installation

L'URPS médecins Ile-de-France
Dr Bruno Silberman, président de l’URPS médecins Ile-de-France


Les exercices cliniques en ville
Dr Philippe Renard – URPS médecins Ile-de-France


Médecin traitant, quelle relation avec mes correspondants ?
Dr José Clavero - URPS médecins Ile-de-France


Etablissements privés : les modalités d’exercice en Ile-de-France
Mme Martine Haddad – Secrétaire générale de la FHP Ile-de-France


Les outils de l’aide à l’installation en Ile-de-France
Sylvie Courboulay – URPS médecins Ile-de-France

 Vous trouverez ci-joint ces documents en PDF fin de page.


Ils témoignent de leur installation

Dr Guillaume Fleury, cardiologue (Paris, 20e)

Directement après son clinicat de trois ans, Guillaume Fleury a franchi le pas de l’installation en rejoignant un cabinet de groupe dans le 20e arrondissement de Paris, il y a tout juste un mois.

Il a choisi d’exercer en secteur 2 et a signé le contrat d’accès aux soins (CAS). Le CAS permet de faire si on le souhaite 100 % de secteur 1 et de pouvoir revenir à des tarifs secteur 2 ultérieurement.

Le Dr Fleury a conservé trois vacations à l’hôpital. Il consulte également dans une clinique du 13e arrondissement et dans un établissement privé des Hauts-de-Seine.

Les démarches administratives ont été réglées assez rapidement, en un mois et demi. « Début septembre j'ai commencé les démarches mais j’ai découvert que la CPAM n’étudiait ton dossier qu’une fois ton clinicat terminé, donc dans mon cas le 31 octobre. Cela ne sert donc à rien de s’y prendre trop à l’avance ».
Avec l’URSSAF, le RSI et l’Ordre, en revanche, tout est allé vite.
 
Ses conseils :

  • Garder des vacations à l'hôpital pour conserver et alimenter son réseau de patients.
  • Attention lorsque l’on exerce dans deux départements : il n’y a pas de transversalité entre les CPAM, il faut entamer les démarches dans la caisse de chaque département.

 

Dr Alexandre Cordier, ORL à Courbevoie (92)

Installé depuis bientôt trois ans dans un cabinet de groupe organisé en SCM, Alexandre Cordier, 35 ans, est très content de son installation.

« La peur du vide » des débuts, à attendre que l’agenda de rendez-vous se remplisse, est loin. Au début, la patientèle se constitue doucement, cela laisse du temps pour aller rencontrer les médecins généralistes du secteur : ce n’est pas toujours facile, mais c’est indispensable.


Son lieu d’installation, le Dr Cordier l’a trouvé via le site Doc à Doc, un site d’échanges professionnels entre médecins. L’installation en elle-même s’est déroulée rapidement, deux mois ont suffi pour tout régler : obtenir le prêt (il n’a eu à acheter que le matériel), s’inscrire à l’Ordre, et recevoir ses ordonnances.


Aujourd’hui, Alexandre Cordier a conservé trois vacations hospitalières et opère dans une clinique privée. Il travaille deux samedis sur trois et juge l’organisation au quotidien très facile.


« Les patients viennent me voir, moi ». C’est la grande satisfaction que procure l'exercice en libéral par rapport à l’exercice à l’hôpital où la relation est plus anonyme. Il a choisi le secteur 2, comme la très grande majorité  de ses collègues, car en région parisienne et dans les villes de manière générale, il est préférable de s’installer en secteur 2, et ce d’autant plus qu’il n’est accessible qu’une fois, lors de la première installation.


Son conseil :
Pour effectuer les démarches administratives, consulter  le site internet Soigner en Ile-de-France et le site du Conseil de l’ordre des médecins.

 

Questions / Réponses

 

Combien de temps consacrez-vous à la gestion de votre cabinet ?
Guillaume Fleury : Zéro. Je fais un chèque à la SCM qui s’occupe de tout.
Alexandre Cordier : Depuis deux ans je suis le gérant du cabinet de groupe dans lequel j’exerce. Au-delà de la gestion stricte, il faut aussi compter le temps passé au nettoyage du matériel, à la comptabilité, les commandes de papier… et des abaisse-langues dans ma spécialité.

Comment obtenir la liste des correspondants locaux ?

Alexandre Cordier : Via les pages jaunes.
Bruno Silberman : Avant il y avait les amicales de médecins, mais elles sont de moins en moins nombreuses.

 
Est-il possible de faire une période d'essai  avant de s’associer définitivement ?

Philippe Renard : Oui, cela dépend des statuts de la structure dans laquelle vous aller vous associer. Il faut soumettre les statuts à votre avocat pour avis.
Bruno Silberman : Dans mon groupe, nous nous nous donnons une année avant de décider si nous continuons ensemble.

Comment concilier grossesse et installation ?
José Clavero :  Il faut examiner la solidarité du groupe dans lequel vous comptez exercer et ne pas oublier de souscrire une complémentaire.

On me propose de racheter la moitié d'une patientèle, le médecin réduisant son activité. Qu’en pensez-vous ? Est-ce que cela se fait encore ?

Bruno Silberman : C’est la loi de l'offre et la demande. Selon le lieu et la spécialité, le rachat se fait ou non. Il faut vérifier ce qui se fait aux alentours. Je vous conseille de contacter sur ce sujet les syndicats et le Conseil de l’Ordre de votre département.

A qui m’adresser pour faire relire mon contrat avant signature ?
Claude-F. Degos : L'Ordre connaît par cœur les contrats, il en examine tous les jours, de tous types : libéral, salarié, d’établissement. Je vous conseille donc vivement de soumettre votre contrat à l'Ordre pour avis avant signature. Un fois signé, vous avez l'obligation de nous l'adresser.
En revanche, l’Ordre ne conseillera pas sur la rémunération : pour cela il faut vous adresser aux syndicats de spécialité.

 

Prochaine soirée installation : octobre 2014

Nous donnons d’ores et déjà rendez-vous aux internes et chefs de clinique assistants en octobre 2014 pour la prochaine soirée Installation.

 

 

 Justine Frija-Masson, présidente du SIHP et Florence de Rohan-Chabot, présidente du SCCAHP

 

Le Dr Bruno Silberman, président de l'URPS médecins, a ouvert les discussions

 

L'exercice clinique en ville, par le Dr Philippe Renard, rhumatologue élu de l'URPS médecins

 

Dr José Clavéro, médecin généraliste élu de l'URPS médecins Ile-de-France

 

L'exercice en établissement de santé privé dans la région, par Martine Haddad, secrétaire générale de la FHP Ile-de-France

 

Sylvie Courboulay, responsable communication de l'URPS médecins, présente les aides à l'installation

 

Le Pr Claude-François Degos, président du Conseil Régional de l'Ordre des médecins, a conclu les échanges

 

 

Retrouvez cet article sur le site SOIGNER en Ile-deFrance :

http://www.soignereniledefrance.org/evenements/actualites/soiree-installation-2014/

 



Sur le même thème

Nos partenaires :